La Corse illustrée

Voici quelques photos de ce qu’on peut voir par ici, en matière de sols, d’humus, de champignons (je compléterai cet article plus tard, n’hésitez pas à revenir).

Ici, la forêt a brûlé il y a 20 ans. Depuis, les chênes ont repoussé, en même temps qu’un maquis de cistes, ronces et genêts. Avant notre passage (photo 1), il est quasiment impossible de s’y déplacer. Après notre passage (photo 2), le lieu est transformé en un agréable bois de jeunes arbres. Les feuilles et les branches mortes sont volontairement laissées au sol pour ne pas l’appauvrir. La matière vivante extraire sera transformée en BRF.

bush1.jpg bush-tres-propre.jpg

On a commencé l’an dernier dans le jardin de mon père un travail sur les buttes et les mulchs. Ce n’est pas tout à fait du BRF, juste un mélange de feuilles et de très petites branches broyées à la tondeuse. Mais c’est déjà très efficace pour absorber et retenir l’eau. Parce qu’ici, quand il pleut, il pleut fort (photo 1), et ensuite, en été, la sécheresse dure 3 ou 4 mois. On a donc intérêt à ne pas laisser évaporer ou ruisseler la moindre goutte d’eau inutile. Ici, après 25mm d’eau en une heure et demie, ça a l’air de bien marcher avec le mulch (photo 2), alors que les planches gérées de manière classique, à côté, sont inondées (photo 3).

pluie-corse.jpg bonne-infiltration.jpg difficultes-dinfiltration.jpg

En Balagna, sur les pentes, il ne reste presque plus de sol. Là où les arbres sont restés, on a un humus d’excellente qualité, mais quand les incendies ont sévi, il ne reste que du sable. Ici, à Speloncato, sur les vestiges des anciens jardins, le sol atteint pourtant plus d’un mètre d’épaisseur, épaisseur révélée à la faveur de l’effondrement des murs qui les retenaient.

jardins-et-petit-bois.jpg epaisseur1.jpg epaisseur2.jpg

Le ciste possède un bois très dur. Il faut des champignons mutants pour le décomposer. Il pousse aussi d’autres types de champignons ici, moins colorés mais pas désagréables…

champignon-mutant.jpg cepes.jpg

Cet article, publié dans La Corse, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La Corse illustrée

  1. GRAUWIN dit :

    je me souviens de l’ancien responsable du PC de Montreuil qui depuis a eut d’autres responsabilités en Corse
    j’ai été le visiter à Sarté
    l’avez vous rencontrer

  2. bonjour nous sommes une association qui essaie de reboiser la Balagne avec l aide des écoles primaires de la region.
    J aurai voulu savoir,si vos actions seraient complémentaires aux notres

    bonne journee

    Jean-François MAZILLIER-VINCETTI

  3. fattaccioli jean toussaint dit :

    Bonjour
    Merci pour votre réponse
    Serait-il possible de me recevoir pour une visite ‘in situ’ en Mai, pendant mes congés
    Ci-dessous un lien utile de mon fournisseur de plants de tomates, qui expérimente de nouvelles techniques, et que j’ai eu le plaisir d’accueillir à Basterga l’an dernier
    Je lui ai communiqué votre expérience
    Cordialement

    =======================================================================
    SCEA LE BON PLANT
    Le
    Gabach
    09700 SAVERDUN
    tel: 0561604224
    fax:0561604825
    e-mail:bonplant@bonplant.fr
    http://www.bonplant.fr

    bonjour
    merci pour le lien, je vous répondrais plus longuement d’ici la fin de
    semaine, mais vous avez mieux que la paille à Bastelica, c’est toute la
    ressource en bois (arbustes arbres)
    cordialement
    Mr dominique PER

    Adhérent du réseau Horticulteurs et Pépiniéristes de France
    http://www.hpfconseil.com

  4. fabien dit :

    Il ne manque pas grand-chose en Corse pour qu’un certain nombre d’initiatives soient possibles. Avant tout, prendre conscience de nos forces et faiblesses et arrêter de croire qu’on peut lutter contre le reste du monde sur des terrains qui ne sont pas les nôtres.

    Pour Basterga, ça fait un peu loin pour qu’on puisse y intervenir. Je ne suis pas sûr que notre vieille Express soit capable d’aller jusque-là avec un broyeur et d’en revenir (le journal a oublié de préciser qu’on limite nos expérience à la Balagna pour l’instant). Mais si vous trouvez un approvisionnement local en BRF, on peut vous conseiller sur la meilleur manière de l’utiliser. Et éventuellement faire un saut pour parler jardinage.

    Il me semble qu’il y a des gens dans le coin qui font de la permaculture, sinon. Des allemands, je crois. Je crois avoir vu ça sur l’ancien site du Wwoof en France.

    Merci pour les encouragements, en tout cas, et si on passe à Basterga, on vous fait signe. Il se peut, si l’université nous suit, par exemple, qu’on élargisse à l’avenir notre champ d’action à la Corse entière.

  5. fattaccioli jean toussaint dit :

    Bonjour,
    Je viens de prendre connaissance avec l’article paru ce jour dans Corse Matin
    Je suis particulièrement heureux d’apprendre que la permaculture est possible chez nous, avec les essences locales, avec comme retombées des emplois ( formations, démaquisage utile … ), une défense efficace contre les incendies, et un début de lutte efficace contre la désertification de nos villages de l’intérieur.
    Bravo continuez
    Est-il possible d’expérimenter votre BRF dans mon jardin familial, à Basterga ?.
    Je suis formateur en informatique à l’AFPA de Bastelica, passionné de jardinage et disposé à apporter une petite contribution à votre expérience prometteuse.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s